L’association pour le bien-être familial/ Naissances désirables à travers son programme WISH, a déployé   sa clinique mobile et les équipes médicales dans les zones d’accessibilité difficile de Nsele pour répondre de manière ponctuelle aux besoins des communautés.

En effet, partant du constat que certaines zones reculées ne disposent pas des moyens adéquats pour faire face aux besoins de contraception et planification familiale, grâce à sa stratégie des équipes mobiles, ABEF-ND a renforcé ses équipes de terrain avec une clinique mobile roulante, dans ces contrées ou la population fait des longues distances pour accéder aux soins de santé.

Sur terrain, les activités ont été dominées par la campagne de sensibilisation et offre gratuite des services de planification familiale (PF) Pendant six jours, soit du 23 au 29 novembre 2022. Dans les aires de santé de MPASA 1, BADARA et KINKOLE PECHEUR, plus de 23926 personnes ont reçu les services des soins de santé sexuelle et reproductive notamment contre les infections sexuellement transmissibles, les VIH/SIDA ainsi qu’aux grossesses non désirées.

Pour les habitants de cette commune, la clique mobile représente leur seule source d’accès à des soins de santé.

« Je suis tellement heureuse de bénéficier grattement l’une des méthodes contraceptive sur la planification familiale, que certaines d’autres paient au grand pris dans les centres de santé. Merci ABEF- ND, pour l’initiative » exprime Bahati Sarah

Maman AZIA Christelle est l’une des habitants de Kinkole, parmi les bénéficiaires de méthodes contraceptives.

« Nous disons merci à l’ABEF-ND, pour la volonté d’aider la population, ce qui est une bonne chose pour nous les habitants de ce coin. Cette aide en santé sexuelle et reproductive ainsi qu’en planification familiale nous permettrons à   se protéger contre les infections sexuellement transmissibles et toutes les grossesses non désirées ».

Retenons que ABEF-ND continue à offrir les services SSR aux communautés mal desservies ou à accessibilité limité avec l’appui de FCDO, l’agence anglaise au développement en RDC par le canal du projet WISH.

Delphin KATCHELEWA/Coord.De la comm

 

L’association pour le bien-être familial / naissances dessables à travers son programme WISH a organisé une formation des prestataires sur l’inclusion des personnes vivant avec handicap, en marge 16 jours d’activisme.

En effet, l’OMS estime que, 15 % de la population mondiale, vit avec une forme de handicap. Et ces personnes sont considérées comme malheureuses, dépendantes ou impuissantes. Elles sont considérées comme non contributifs et n’ayant aucun droit dans la société, ainsi écartées sur tous les plans. C’est dans cette perspective qu’ABEF-ND, avec son projet WISH a organisé cette formation dans le but de briser cette discrimination.

D’après, madame Amalie Quevedo, conseillère   en matière   de l’inclusion du handicap et facilitatrice du jour, a énuméré les objectifs selon lesquels cette formation devrait avoir importance.

« Présenter certains faits sur les personnes en situation de handicap, explorer les modelés de handicap, découvrir comment renforcer l’Accessibilité au sein de prestations de services, Activer sur les prototypes Design by Distance et questions et réponses ».

Le Directeur exécutif de l’Abef-nd, Dr. Gilbert NGONGA, de son côté n’a pas oublié d’encourager l’initiative et de conclure par.

« Le problème des personnes vivant avec handicap est parmi les nécessités misent en vigueur par l’abef-nd et un défi à relever, parce que la personne avec handicap a droit de vivre comme tout autre individu dans la société »   

 Pour rappel, toute personne quel que soit son handicap, a droit à une éducation de qualité, elle doit s’inscrire dans le modèle de Handicap social, la société doit s’adapter à elle, elle a aussi droit de connaitre l’importance de la santé sexuelle et reproductive et son rôle dans le développement durable dans la société.

Dr. Delphin KATCHELEWA/Coord. De la comm

  L’Association pour le bien-être familial /Naissances désirables (ABEF-ND), Avec le fond UNFPA pour le T3, a accordé aux adolescents et jeunes de Kisangani, province de la TSHOPO, la possibilité   d’accéder à leurs droits de santé sexuelle et reproductive dans la création des centres des jeunes, les tam-tam de planification familiale et contraception en milieu des jeunes   et sensibilisation de lutter contre les grossesses non désirées, les IST et les VIH SIDA.

En effet, plusieurs activités communautaires ont été organisées sur terrain, en milieux scolaires   et non scolaires, universitaires et non universitaires, où le mouvement d’action des jeunes de cette province a   sensibilisé leurs pairs sur la lutte contre les grossesses non désirées avec le thème « mon choix ma sexualité ».

 A signaler que, les étudiants et élevés ayant participé à ces activités, ont manifesté leur satisfaction, et un grand nombre a adhéré   à l’idée de pouvoir faire le choix dans la lutte contre les grossesses non désirées et à vivre la sexualité épanouissante   en respectant les principes de lutte contre les IST et le VIH SIDA.

Dr. Delphin KATCHELEWA/Coord.Comm

 

Le Directeur exécutif, Dr. Gilbert NGONGA accompagné de la Directrice administrative, madame Carine ELIMA, ont séjourné à Kisangani, province de la Tshopo, en date du 08 octobre 2022, où ils ont rentrés avec les autorités politiques et administratives, les chefs de division provinciale de la sante, et d’autres partenaires, pour présenter les civilités, la vision, la mission et les valeurs de l’ABEF-ND.

 La Direction exécutive a échangé avec les différentes autorités provinciales sur la possibilité de renforcer le lien de coopération et collaboration entre les parties gouvernementales, les partenaires et l’ABEF-ND dans le but de faire une RDC jouissante de ses droits de   santé sexuelle et reproductive sans discrimination.

 C’ est dans cette perceptive  que la délégation de la direction exécutive  de l’ ABEF-ND s’ est   fixée l’ objectif dans la   mobilisation des ressources, mobilisation des partenaires de la province de  tshopo en passant par  le  Programme national santé de la reproduction (PNSR)  qui est une porte d’ entrée  et d’ attachement de l’ ABEF-ND, dans le secteur gouvernemental, de rencontrer  les chefs de division provincial de la  santé et différents partenaires ,  BDOM ,  Caritas et tant d’ autres  partenaires.

 Pour terminer, l’objectif que ABEF-ND, s’est fixée, devant ces différentes autorités et d’autres partenaires, est d’amener les services dans la solidarité à toute personne désirée, de telle sorte que la planification familiale devienne un socle de développement pour toutes les communautés.  Aussi plusieurs autres agendas seront à la une pour des différentes rencontres.

Dr. Delphin KATSHELEWA/Coord. de la comm

Message d’anniversaire pour l’IPPF, de la part de Directeur exécutif de l’ABEF-ND

« 1952 – 2022, soixante-dix ans où l’IPPF offre des soins de qualité dans le monde, la RDC n’est pas en reste. A travers ces stratégies d’offres des soins de santé de la reproduction, des plaidoyers, et de communication pour le changement du comportement. L’IPPF a pu permettre aux jeunes filles, aux femmes et aux jeunes garçons d’accéder aux soins de santé de la reproduction pour le bien être des familles, des communautés, des provinces et de toute une nation. Joyeux anniversaire à l’IPPF, Cap vers les Cent ans, dans le monde où chacun réjouit de ses droits en santé sexuelle de la reproduction sans discrimination ».

« 70 ans durant ou le prolongement en santé sexuelle et reproductive, L’IPPF comme partenaire du gouvernement Congolais, accompagne la jeunesse congolaise. Aujourd’hui en plusieurs choses qui cadrent avec les soins de santé, la jeunesse congolaise continue à bénéficier des acquis qui sont construits par l’IPPF dans les années écoulées. Joyeux anniversaire à l’IPPF ! La jeunesse congolaise compte sur votre engagement et détermination pour accéder à un bon soin sans discrimination. Le MAJ dit : que vive l’IPPF ! »


Dr Delphin Katchelewa
Coordonnateur communication ABEF-ND

Pour vos soins de santé en ligne, veuillez visiter www.afiabora.com

Du 01 au 07 septembre 2022, l’Association pour le bien-être familial /Naissances désirables à travers la campagne, tamtam, les étudiants de l’université universelle de Bukavu, province de Sud-Kivu, ont bonifié plusieurs méthodes contraceptives modernes, pour prévenir aux grossesses non désirées.

 Sarana, l’une parmi les jeunes de mouvement des jeunes explique l’importance de ces méthodes

« Ces méthodes permettent à lutter contre les grossesses non désirées et clandestins et contre les maladies sexuellement transmissibles. Par ces méthodes nous avons entre autres : les sayanas, les préservatifs hommes et femmes, il y en a beaucoup »

Dr. Giselle Nyamalibu , invite les étudiants à faire le choix des méthodes car leur avenir en dépend d’ eux .

« Vous avez le droit d’accepter, de refuser et de choisir vous-même le moment ou vous pouvez avoir les enfants ou vous pouvez (…), c’est à vous de réfléchir le moment ou vous pouvez venir chercher le service (…) »

Mme NADIA SABAHERA coordinatrice provinciale du programme santé des adolescents estime que ces méthodes permettront aux jeunes d’avoir un avenir garanti

« On voudrait   par cette campagne, que les jeunes après avoir commencé à utiliser ces méthodes contraceptives, c’est dans la mesure possible qu’ils ne puissent pas tomber en ceinte et à vouloir faire des avortements »

Retenons que, cette campagne à durée 7 Jours dans l’objectif de permettre tout étudiant (e), d’en profiter.


Dr Delphin Katchelewa
Coordonnateur communication ABEF-ND

Pour vos soins de santé en ligne, veuillez visiter www.afiabora.com

L’Association pour le Bien-être familial /Naissance désirables   a offert les kits en d’unité aux femmes sinistrées par les catastrophes naturelles à Uvira, province du Sud-Kivu, la semaine dernière.

L’assistance revient dans le cadre de promouvoir la santé sexuelle et reproductive et des soins appropriés.

« Il serait important que vous compreniez que la santé de la femme fait partie en fait de nos domaines d’innervation, en fait les kits que nous avons eus à distribué ou que nous sommes en train de distribué vont permettre à ce que les femmes puissent être en mesure de gérer leurs menstrues et puis d’assurer leur hygiène corporelle au-delà même de leur période menstruelle. Et nous avons pris toutes les femmes en âge de propre, donc toute la femme qui a la possibilité de donner naissance c’est l’âge que nous avons considéré » explique le chargé de la planification nationale

Maman Malulu est parmi les femmes bénéficiaires de ces kits et elle exprime sa satisfaction

« Nous sommes hyper contentes de cet acte à notre égard parce que nos filles s’habillaient mal. Lorsque la période de règle menstruelle, il nous a été difficile de leur garantir la bonne condition pour se protéger »

Et d’ajouter 

« On souffrait beaucoup des infections parce’ on se couvrait avec une couche qu’on réutilisait plusieurs fois, c’est pourquoi nous sommes ravis de ce que vous venez à nos filles. Ces kits vont nous aider pendant un long moment, même pour nous leurs mères » 

 Claudine exprime sa satisfaction après avoir bénéfice

« C’est comme un cadeau qu’on vient de nous donner, nous les filles. Nous disons merci ! Il me restait seulement deux slips, c’est pourquoi j’avais beaucoup besoin de ça, comme on vient de me le donner, je dis infiniment merci ».

Pour rappel, ces kits comprenaient les savons, bandes hygiéniques, slips, les pagnes, dentifrices.


Dr Delphin Katchelewa
Coordonnateur communication ABEF-ND

Pour vos soins de santé en ligne, veuillez visiter www.afiabora.com

L’Association pour le Bien –être familial/Naissances désirables a lancée pour sa toute première fois une nouvelle application de télémédecine appelée « AFIABORA » depuis le 08 Septembre 2022, dans la salle Garamba , Immeuble du ministère intérieur.

Dans l’objectif de s’adapter à la nouvelle technologie et à la numérisation, l’ABEF-ND a opté des nouvelles initiatives pour offrir à tous les utilisateurs des réseaux sociaux d’être en contact même à distance avec les experts en matière de santé sexuelle et reproductive.

Dr. Gilbert MBIYA, Directeur exécutif explique clairement l’usage de l’application AFIABORA pour les jeunes connectés sur internet.

« Nous nous apportons sur cette application pour permettre aux jeunes et tous les utilisateurs de réseaux sociaux, à accéder à une information seine, à utiliser de manière efficiente le crédit internet qu’ils peuvent avoir, non seulement à l’information mais de pouvoir accéder à la santé sexuelle et reproductive »

Et ajoute, Dr. MBADU Mwanda Fidèle Directeur de PNSA

« L’objectif pour nous c’est en fait d’augmenter le pourcentage des adolescents et jeunes qui utilisent les services de santé des adolescents et jeunes. Et cette application est une des stratégies qui permet le nombre des services de santé des adolescents et jeunes »

En effet, l’application « AFIABORA » est une initiative de l’association pour le bienêtre familial/Naissances désirables, déjà en application et disponible sur Google chrome, pour faciliter    des échanges à distance sur la santé sexuelle et reproductive.


Dr Delphin Katchelewa
Coordonnateur communication ABEF-ND

Pour vos soins de santé en ligne, veuillez visiter www.afiabora.com

 L’Association pour le Bienêtre familial/ Naissances désirables a poursuit avec la compagne d’offres des services communautaires sur la planification familiale à Kinshasa, commune de Limité, Mfumu-mvula, depuis le 01 Septembre Jusqu’au 7, 2022.

Pendant 7 Jours, les équipes des paires éducateurs et les relais communautaires étaient sur terrain pour rendre service de cette campagne sur les différents coins de cette partie de la ville province de KINSHA.

« Nous avons été envoyé par l’ABEF-ND, pour sensibiliser la communauté (les adolescentes et les femmes en particulier), sur la planification familiale en leurs donnant plusieurs méthodes contraceptives, dans le but de créer un espacement des naissances à au moins deux ans d’intervalle, pour éviter des morts, des nourrissons et d’enfants et avoir un nombre d’enfants souhaitable » a expliqué l’un de pair éducateur.

« Je félicite ABEF-ND, pour cette initiative et service offerts à la communauté de la commune de Limité, du fait que dans plusieurs familles, nous nous retrouvons victimes d’un certain nombre d’enfants non souhaitable, par manque des méthodes contraceptives. Je pense qu’avec cette opportunité, nous serons en mesure de créer un espacement des naissances dans nos foyers » a déclaré maman KETU, parmi les bénéficiaires de cette campagne.

En effet, cette campagne qui a duré toute une semaine, a fait une statistique :    18374 jeunes et 24826 adultes qui ont bénéficié les différentes méthodes contraceptives sur la planification familiale.

Retenons que, la planification familiale est un processus qui offre des moyens qui concourent au contrôle des naissances, dans le but de renforcer les droits de la communauté (familles) à choisir le nombre d’enfants souhaitable et déterminé l’espacement des naissances.   


Dr Delphin Katchelewa
Coordonnateur communication ABEF-ND

Pour vos soins de santé en ligne, veuillez visiter www.afiabora.com

L’Association pour le Bien- être Familial /Naissances désirables, accompagné par la coalition de lutte contre les grossesses non désirées (CGND), ont organisé une conférence sur le protocole de Maputo avec les étudiants de différentes universités de Kinshasa, le 18 aout 2022.

En effet, plusieurs adolescentes et jeunes filles ainsi que femmes en RDC, meurent des complications d’avortements clandestins par manque de la mise en pratique effective des lois. Maitre Arthur   expert Juridique au ministère du genre explique.

« Lorsqu’ on parle du protocole de MAPUTO, le monde pense à l’encouragement des avortements clandestins. Alors que, cette loi met en exergue la promotion des droits de la femme. Actuellement, aucune loi ne protège la femme en dehors de ce protocole de promotion de droits de la femme qui est un instrument juridique, qui garantit le bienêtre de la femme. Donc dans cette conférence nous avons choisi de parler de protocole MAPUTO, parce qu’il constitue l’un de premier cadre juridique pour la protection des droits et des libertés des jeunes filles ».

Les jeunes   dans les milieux scolaires et universitaires, sont victimes des grossesses non désirées. Un spécialiste en matière de santé de reproduction donne quelques statistiques mondiales, en Afrique dont la République Démocratique du Congo est le troisième contributeur en mortalité maternelle.

 « Chaque minute dans le monde, 380 femmes tombent enceinte. Parmi elles ,190 ont des grossesses non désirées, 40 femmes subissent un avortement clandestin et une en meurt. A ces statistiques, un grand pourcentage revient en Afrique subsaharienne dont la RDC représente plus de 27%. La ’où les lois sont favorables à l’avortement, il y a peu des gens qui meurent. Donc, les continents ou pays qui mettent les lois en vigueur, présentent un faible pourcentage par rapport aux autres ».

Landry MAZANI est étudiante à l’Université William Booth, parmi les bénéficiaires de la conférence, explique sa satisfaction.

« La plupart des personnes ont la face négative sur Maputo, certaines disent que cette charte favorise des avortements clandestins, et pourtant ce qui n’est pas le cas. Après cette conférence, vous avons retenu que, ce que le protocole MAPUTO protège Les droits de la femme, elle garantit les lois liées elles. Et par rapport à l’ampleur de l’avortement en tant qu’étudiante j’ai compris que les jeunes filles et femmes font les avortements criminels, qui créent à la longue des conséquences néfastes telles que : la stérilité, infections voire même la mort. Vu l’importance de cette rencontre, nous serons porteuses de ce message auprès de tous les étudiants et partout dans les différents milieux ».

Reagan TALIYE est étudiant à l’Université de Kinshasa en D1 biomédical, remercie l’ABEF-ND et donne les évènements qui ont contribués à sa formation sur le protocole de MAPUTO après la conférence.

« A travers cette conférence, je remercie ABEF-ND pour l’organisation et merci aux intervenants pour l’interprétation du protocole de Maputo, j’ai ajouté une connaissance de pourquoi il a été appelé Maputo. Parce que la charte a été signé au Mozambique dans la capitale de Mozambique qui est Maputo. Et ce qui m’a encore plus intéressé de cette conférence, la mise au point des avortements clandestins qui se font dans les milieux universitaires. En tant qu’étudiant, nous connaissons les amies filles qui ont arrêté leurs études à cause des grossesses non désirées. Alors je crois que l’idée est vraiment bonne pour éviter ces genres de choses. En tout cas ce que j’ai retenu, et de dire à tout le monde, lorsqu’il y a   un problème lié à la grossesse de ne plus hésiter à venir chercher l’ABEF-ND pour les orientations ».

Pour rappel, le protocole Maputo qui a fait objet de cette conférence organisée par l’ABEF-ND avec les étudiant (e)s de différentes universités de Kinshasa, est un protocole à la charte africaine, des droits de l’homme et peuples relatif aux droits de la femme, des jeunes filles, des hommes genrés, ainsi qu’aux hommes qui ont la masculinité positive voulant en faire l’usage.  Ce protocole garantie de manière spécifique, en son article 14, le droit à la santé et le contrôle des fonctions de reproduction.


Dr Delphin Katchelewa
Coordonnateur communication ABEF-ND

Pour vos soins de santé en ligne, veuillez visiter www.afiabora.com